Site de Xavier Ducros
Accueil > Treks et randonnées > Spitzberg (archipel du Svalbard) > Kayak en baies du Roi et de la Croix (Spitzberg - Svalbard)

Kayak en baies du Roi et de la Croix (Spitzberg - Svalbard)

dimanche 23 septembre 2007, par Xavier Ducros

Contrat Creative Commons

Pour beaucoup, l’Arctique avec ses glaces, ses ours, ses lumières... est un rêve. Nous sommes un petit groupe à avoir décidé de réaliser ce rêve (via l’agence Grand Nord Grand Large), en partant au Spitzberg pour trois semaines en autonomie complète.

Lors de ce raid, notre unique moyen de transport sont des kayaks de mer et nos pieds, notre hébergement des tentes 2 places, et notre seule liaison avec le monde est un téléphone satellite (et une balise de détresse !). Notre objectif : explorer la baie de la Croix, et peut-être voir le roi de l’Arctique, l’ours polaire !

Je vous propose ici le journal de bord du raid. Ces notes, légèrement remaniées, correspondent à celles que je notais chaque nuit pendant notre tour de garde. Une carte est aussi disponible, ainsi qu’une page sur la faune observée lors de ce raid. J’espère que vous prendrez plaisir à lire, ou à parcourir, ces quelques pages !

Je vous propose également un trek sur la côte Est du Groenland.


La carte suivante présente une vue du Spitzberg (une des île du Svalbard - terre norvégienne). Vous pouvez utiliser le zoom ainsi que les flèches pour vous repérer. En cliquant sur les points clignotants, vous aurez le nom de l’étape : départ par le point le plus au sud !


Avant le grand départ

Jour 1

Le jour tant attendu est enfin là : le 5 août 2007, départ pour le Spitzberg ! Pour moi, c’est un vieux rêve qui va prendre forme, aller en Arctique. Nous nous retrouvons tous les huit à l’aéroport Charles de Gaulle pour un voyage de quelques heures, avec escale à Oslo. Nous arrivons au Spitzberg à 1h du matin (et je retrouve mon sac, perdu à Oslo, ouf !). Le guide, Stéphane, est là. Il nous attend de pieds fermes à l’aéroport de Longyearbyen... à proximité d’un ours polaire empaillé. C’est parti pour 3 semaines de raid en autonomie, sans coucher, ni lever de soleil !

Jour 2

JPEG - 100.7 ko
Longyearbyen
JPEG - 128.2 ko
Longyearbyen
JPEG - 122.6 ko
Restes d’une mine
Photo Y. Lecocq

Première (petite) rando sur les plateaux autour de Longyearbyen (ancienne petite ville minière, peu esthétique... c’est la ville principale du Spitzberg, environ 2500 habitants !), et nos premiers rennes. Mais nous en verrons bien d’autres par la suite. Essayage des combinaisons étanches pour le kayak, et quelques autres préparatifs. Vivement qu’on parte pour de vrai !

Jour 3

A 10h, départ en avion pour Ny-Alesund (base scientifique d’une centaine de personnes en été).

JPEG - 91.8 ko
Vue aérienne
JPEG - 81.8 ko
Vue aérienne

La route vers le Nord continue, nous et approchons, sans le franchir encore, le 79 ème parallèle. Le vol dure 30mn mais offre déjà un bel aperçu des paysages typiques : mer, montagnes, glaciers gigantesques (60% du Spitzberg en est recouvert).

L’après-midi est consacrée au conditionnement de notre matériel, de l’alimentation (19 jours à 9, cela fait une belle quantité). Première mauvaise surprise : il manque des pagaies ! Il faudra attendre encore 2j le prochain avion.

JPEG - 99.8 ko
Conditionnement
Photo Y. Lecocq
JPEG - 86.6 ko
Buste d’Amundsen à Ny-Alesund
JPEG - 92.7 ko
Ny-Alesund
JPEG - 110.4 ko
Petit train à Ny-Alesund
Restes de l’exploitation minière

Et nous qui étions impatients de quitter toute trace de civilisation... Le rangement de tout notre matériel dans les kayaks occupe le reste de la journée. Il faut bien organiser l’ensemble dans les sacs étanches pour ne pas avoir à tout vider si l’on cherche le sel ou un repas !

Le soir, des rennes traînent près du camp, et surtout des renards polaires ! Ils sont particulièrement curieux et, n’étant pas chassés, osent s’approcher très près de nous (quelques mètres).

JPEG - 181.3 ko
Renard polaire
JPEG - 146 ko
Renard polaire... voleur !
JPEG - 160.8 ko
Renne

Il va falloir organiser des tours de garde pour éviter de se faire piller. Pour moi et Frédéric (mon binôme de kayak et de tente), ce sera 3h-5h... mais comme il fait jour, nous gardons très vaillamment le camp ;-)

Jour 4

Nous partons faire une rando vers un glacier, mais c’est avant tout le jour d’attente des pagaies... Nous tentons de passer entre les molisols (mais les chaussures sont bien plâtrées...), et en minimisant les passages à gué. Au retour, Nous terminons le conditionnement du matériel. Vivement demain pour enfin partir !


Enfin le départ !

Retour au sommaire

Jour 5

Les pagaies doivent arriver à 10h30. On entend l’avion, mais il n’atterrit pas à cause du plafond nuageux trop bas... Peut-être vers 12h. Finalement, nos pagaies arriveront à 17h ! Le moment du départ est enfin arrivé. C’est parti ! Nous faisons connaissance avec nos kayaks Nautiraid, et devons lutter avec notre pédalier qui a lâché... ça commence bien. Nous nous dirigeons vers l’île du Blomstrand que nous longerons pour atteindre notre premier camp, près du glacier éponyme. Sortir les kayaks, monter le camp, chercher de l’eau (finalement nous concasserons de la glace à la hache) prend du temps et le dîner commence à presque minuit... mais il fait plein jour, alors qu’importe ! Ce premier camp nous a fait franchir le 79 ème parallèle, et puis, nous voilà partis pour plus de 15j sur le terrain, en totale autonomie, alors nous sommes tout simplement contents et mangeons comme des ogres affamés (ce sera d’ailleurs souvent le cas ;-) ).

Jour 6

Nous allons en kayak dans la lagune Nordvagen, afin ensuite d’approcher le glacier Blomstrand. C’est notre première navigation parmi les glaces, la sensation de glisser entre les glaçons sur une mer d’huile est très agréable. Après un rapide déjeuner sur une petite plage (où nous nous gelons...), nous repartons pour suivre le front glaciaire... très impressionnant de part sa taille ! Pourtant nous ne sommes qu’à 200 ou 300 m, par sécurité. Il doit faire environ 50 m de haut, et nous nous sentons bien petits.

JPEG - 67.1 ko
Glacier Blomstrand
JPEG - 84.1 ko
Glacier Blomstrand
JPEG - 81 ko
Iceberg et oiseaux
Iceberg récemment retourné

Encore récemment il y a eu un accident avec un bateau qui s’est approché trop près. Résultat : 17 personnes à l’eau, dont 2 blessées gravement, à cause d’une chute de séracs. Les craquements et grondements de la glace ajoutent une touche supplémentaire à la puissance froide du glacier, géant qui coule lentement, mais imperturbablement, vers la mer.


Le glacier du 14 juillet et ses habitants

Retour au sommaire

Jour 7

La levée du camp prend 2h, puis nous partons pour franchir le cap Guissez. La mer est calme, le parcours se déroule sans encombre, et nous nous dirigeons vers le glacier du 14 juillet, avec au passage quelques macareux qui nous montrent leurs prouesses de décollage depuis la mer... ça mouline dur dur ! Arrivés dans la baie du 14 juillet, nous trouvons un emplacement sympa pour le camp, le montons, puis tentons un brin de toilette puisque le soleil est là.

JPEG - 74.4 ko
Baie du 14 juillet
JPEG - 86 ko
Glacier du 14/07
JPEG - 82.1 ko
Glacier du 14/07
Sérac prêt à tomber !

Ce glacier est encore plus gigantesque que le précédent ! Nous avons même la chance de voir un énorme bloc (plusieurs dizaines de mètres) s’écrouler. La vague générée met environ 2 min à atteindre notre plage (à 1,5 km environ du glacier). La glace gronde énormément, ce glacier semble bien actif.

Il y a également beaucoup d’oiseaux qui piaillent dans les environs (sur une falaise en face de notre camp, où nous irons demain) et des sternes à quelques centaines de mètres) : finalement l’arctique n’est pas toujours si silencieux que cela ;-)

Jour 8

Nous faisons notre tour de garde de 4h à 6h, rien à signaler. A 6h, on réveille les suivants, et au dodo ! Ours... il y a un ours... zzzz... ours... comment ça un ours ?! Quel honneur ! Il est en face (il est 7h), sur une petite île située à 400 m de nous, donc pas de danger... sauf qu’il se met à l’eau et se dirige vers nous ! Nous l’observons, le plaisir d’avoir cette chance se mêle à une certaine appréhension : que va-t-il se passer ? Pour notre défense en cas d’attaque, nous avons juste une carabine gros calibre qui semble quelque peu capricieuse... et quelques fusées de détresse qui feraient bien rigoler l’ours à mon avis... Bref, il nage vers nous, ça rigole déjà moins dans le groupe.

JPEG - 95 ko

Il sort de l’eau à environ 150 m de nous et ne montre aucun signe d’agressivité. Je me rappellerai toujours de cette sortie du roi de l’Arctique sur notre rive : impressionnant, sûr de lui, puissant, c’est lui le patron ici ! Il passe derrière une butte et disparaît. Hum... gare, c’est sa technique de chasse : je me montre, coucou, je m’en vais tranquillement et... je t’attrape par surprise ! Légère angoisse, bien que la butte contourne le camp à une centaine de mètres, ce qui évite de se faire surprendre. Et non, le voilà dans l’eau, qui nage vers l’autre rive, vers la falaise aux oiseaux. Il avale les 2 km en un rien de temps, et nage dans les glaces... où nous finissons par le perdre de vue. Enfin, il s’est éloigné, alors tout va bien. Nous finissons de petit-déjeuner, et préparons les kayaks pour aller faire notre rando sur la crête au-dessus de la falaise aux oiseaux. Détonations. D’où viennent-elles ? Ce n’est pas le glacier, non... Nous avons quelques problèmes avec notre kayak, il faut des cales en bois. Nous remontons en chercher plusieurs fois derrière le camp, près de la butte contournée par l’ours 2h plus tôt. Embarquement, détonations. Bizarre... Peu de temps après, on voit arriver un zodiac vers nous. La situation est vite éclaircie : les détonations venaient d’un bateau qui voulaient nous prévenir que l’ours était à deux pas de notre camp... il était revenu !! Le traitre, il nous a bien eu. Il était de nouveau derrière la fameuse butte. Quelles étaient ses intentions, nous ne le saurons pas, mais il nous a joué un sacré tour. Pendant la discussion, nous l’avons vu courir, enfin trottiner : ce n’est pas la peine d’essayer de fuir en cas d’attaque... On nous apprend que c’est un jeune, de 3-4 ans, vif et ayant faim, charmant ! Nous poursuivons pour aller faire notre rando, en espérant que le camp ne sera pas dévasté...

Après le débarquement, nous prenons la crête qui offre une très belle vue et nous permet de constater que le camp est intact ! A la descente nous croisons quelques rennes et des lagopèdes.

JPEG - 158.5 ko
Rennes
JPEG - 95.4 ko
Rennes

En repartant avec les kayaks, nous faisons une pause sous une petite falaise pour observer des macareux, oiseux au bec coloré et à l’allure clownesque très amusante.

JPEG - 146.3 ko
Macareux
JPEG - 68.2 ko
Macareux

Nous profitons de ces quelques instants (précieux) et retournons ensuite dans le fjord du 14 juillet pour naviguer entre les glaces et "approcher" le glacier, très impressionnant. Un phoque barbu se repose nonchalamment sur son glaçon (qui penche ! un tel phoque peut faire 300 kg) et nous laisse l’approcher assez près.

JPEG - 74.6 ko
Phoque barbu
JPEG - 73.4 ko
Phoque barbu

Il a la tête toute rousse, tandis que le reste du corps est plus fidèle à l’image que l’on se fait d’un phoque. Au bout de quelques minutes, il plonge et nous retournons au camp, toujours intact ! Les gardes reprennent, probablement avec un peu plus de vigilance qu’auparavant ;-)... Cette journée du 12 Août 2007, riche en rencontres animales, restera gravée comme étant celle de l’ours !

Jour 9

Journée de randonnée pour approcher le glacier du 14 juillet. Beaucoup de cailloux... vive la moraine ! Le front glaciaire est gigantesque, certains blocs sont gros comme des immeubles.

JPEG - 98.2 ko
Plage réfrigérée...
JPEG - 101.5 ko
Glacier du 14/07
JPEG - 87.7 ko
Glacier du 14/07

Il y a de belles couleurs bleues dans la glace, principalement aux endroits où le glacier vient de vêler. Accéder au glacier risque d’être plus long que prévu, alors à défaut d’aller marcher dessus, nous l’admirons.


Vers le fond de la baie de la Croix

Retour au sommaire

Jour 10

JPEG - 71.4 ko
Cabane Zoé
(Photo Y. Lecocq)

Levée du camp et petit déjeuner en 2h30. Nous partons pour une longue étape, afin d’aller au fond de la baie. Petite pause à la cabane Zoé, qui semble bien sympa mais est fermée à clé :-(.

Camp à Mayerbukta (bukta = baie en norvégien). Le soleil est au rendez-vous, quel bonheur ! Nous savourons également un chocolat chaud fait avec du vrai chocolat en tablettes :-)). La seule mauvaise nouvelle : le téléphone satellite n’établit plus la communication, nous voilà coupés de tout... cela restera ainsi jusqu’à la fin du séjour.

JPEG - 131.8 ko
Notre camp ;-) (Mayerbukta)
JPEG - 93 ko
Mayerbukta
JPEG - 64.4 ko
Mayerbukta
JPEG - 77.2 ko
Vue du camp Mayer
(Photo Y. Lecocq)

Heureusement, en cas de gros soucis, la balise Sarsat est là.

Jour 11

Randonnée vers Mayerbreen (breen = glacier en norvégien) et ses annexes : visions d’apocalypse !

JPEG - 111.3 ko
Glacier Mayer
JPEG - 94.8 ko
Glacier Mayer
JPEG - 123.2 ko
Intérieur cabane
JPEG - 88.1 ko
Camp et Dôme de neige

Blocs de glace énormes et tourmentés. Petite marche aux abords du glacier et retour par le bord de mer. Démontage du camp et mer un peu agitée avec de beaux blocs de glace. Petite traversée jusqu’au prochain camp, près d’une cabane orange. Son intérieur est très sympa, et remplacera avantageusement la tente mess !

Pour l’eau par contre, il faut reprendre les kayaks pour aller en chercher plus loin. Le soir, le repas au chaud (il y a un poele) est bien agréable, même si on manque un peu d’espace...

Jour 12

JPEG - 95.1 ko
Sommet Kronprins

Objectif : le sommet Kronprins (1006 m). Encore et toujours de la caillasse (normal, le gel fait "exploser" toutes les roches...). Montée par la crête qui ne pose pas de difficulté particulière. A mi-chemin, le temps se couvre, quel dommage ! A partir de ce moment, la montée a lieu dans les nuages... La vue aurait été magnifique sur la baie de Lilliehooke. Mais nous sommes tout de même allés au sommet, c’est toujours ça ! Descente dans la caillasse. Tant pis pour le temps :-/

Jour 13

Départ pour une rando vers le glacier de Lilliehooke. Le soleil est au rendez-vous, ça changera d’hier ! Nous déjeunons sur le glacier. La glace est bonne, elle craque sous les pieds et accroche bien ; les crevasses sont bien visibles. Il y a aussi quelques belles bédières, à l’eau plus ou moins claire !

JPEG - 74.1 ko
Bédière
JPEG - 99.6 ko
Bédière
JPEG - 145 ko
Crevasse

Mieux vaut ne pas tomber dans certaines... surtout lorsqu’elles débouchent sur un moulin :-O. La vue sur la baie de Lilliehooke est presque irréelle, à couper le souffle ! Le glacier fait près de 10 km de large, 25 km de long, sans parler des petits glaciers annexes.

JPEG - 81.6 ko
Baie de Lilliehooke
JPEG - 93.8 ko
Baie de Lilliehooke

Dur de quitter ce lieu magique, surtout que le temps est splendide.

JPEG - 182.8 ko
Ronds de pierres

Nous rentrons pas le même itinéraire et rencontrons de beaux ronds de pierres, formations typiques des zones arctiques (explications sur leur formation et photos). Une très belle journée qui fera de beaux souvenirs.


Retour vers la baie du roi sous la neige

Retour au sommaire

Jour 14

Pour notre départ du camp, un phoque nous suit un peu, sympa comme "au revoir" ! Prochain camp : la cabane Zoé... et oui, nous faisons demi-tour. Journée consacrée à ce changement : démontage, kayak, remontage... Seule une petite marche dans les environs de la cabane vient la compléter. Il pleut.

Jour 15

Cette nuit, il a commencé à neiger ! Nous démontons tout, remballons les tentes mouillées, et enfilons nos combinaisons froides... charmant ! Le temps est gris, il y a du vent. Nous partons et naviguons avec une mer moins calme que les jours passés, du vent et de la neige ! Objectif : retourner au 14 juillet, ce que nous faisons avec une courte étape sur une plage pour faire une petite pause...

JPEG - 91.2 ko
Camp (avant)

Premier accostage pour le nouveau camp : nous repartons, c’est envahi de sternes arctiques ! Un peu plus loin, c’est plus calme. Une fois au sec, tout le monde va mieux. Et après une sieste collective de... 4h, ça va encore mieux ;-) ! Il neige toujours, les montagnes se couvrent petit à petit, le paysage se métamorphose. Le temps n’est pas très engageant : d’ailleurs un bateau est venu récupéré un autre camp, situé sur la rive en face... dommage pour eux, ils vont râter le plus beau !

Jour 16

C’est mon anniversaire et il a neigé :-)) ! Le sol et les sommets environnants sont tout blanc, la lumière est magnifique, surtout que le ciel est d’un gris profond par endroit, et laisse entrevoir le soleil à d’autres : le paysage est presque irréel ! Les tentes sont givrées. objectif de la journée : franchir le cap Guissez. Il faut aller récupérer les provisions laissées à Blomstrand, donc pas le choix !

JPEG - 81 ko
Camp (après)
JPEG - 68.1 ko
JPEG - 95 ko
JPEG - 56.3 ko

Départ avec la neige, le vent et une petite houle qui s’accentuera près du cap. La mer s’agite, il faut envisager une pause. Nous nous arrêtons sur une plage, montons la tente mess sous la neige et en combinaison et préparons à manger chaud ! Il faut d’abord réparer le réchaud essence qui s’encrasse... ce n’est pas le moment, tout le monde est gelé :-/... Repas et attente d’une fenêtre météo... Stéphane guette et soudain : "il faut y aller !". On démonte, on embarque et on file. La mer s’est calmée, le cap est franchi, ouf ! Une fois arrivés au camp, nous le montons vite fait (enfin en une bonne heure), nous mettons au sec, et ensuite nous essayons tous de récupérer des mains "humaines" et même de récupérer tout court...

JPEG - 75.6 ko
Camp Blomstrand
JPEG - 89.2 ko
Camp Blomstrand
JPEG - 120.2 ko
Camp Blomstrand

Les spaghettis bolognaises qui nous attendaient dans les provisions aident bien :-). La nuit sera bonne pour tout le monde. Stéphane a bien fait de nous pousser, sinon nous serions encore au 14 juillet ;-), et puis finalement cette journée est un anniversaire inoubliable et original !


En baie du Roi : l’île Blomstrand

Retour au sommaire

Jour 17

JPEG - 65.5 ko
Blomstrand
JPEG - 56.3 ko
Blomstrand
JPEG - 55.7 ko
Blomstrand

Le paysage est totalement différent d’il y a quelques jours. La neige accentue sa beauté et nous rappelle bien que nous sommes en Arctique ! Petite rando pour faire un sommet qui offre une vue splendide sur la baie du roi et ses glaciers. La neige, le soleil, les nuages gris, les glaciers, la mer... où sommes-nous vraiment ?! J’ai un sentiment d’irréalité et d’intemporalité : nous pourrions rester là, à regarder le paysage pendant des heures, en oubliant tout le reste du monde... d’autant que nous sommes les seuls à être encore dans le coin.

Jour 18

Le temps est superbe !

JPEG - 79.4 ko
JPEG - 93 ko
JPEG - 63.1 ko
JPEG - 57 ko

Une petite traversée en kayak (sur une mer d’huile) permet d’accéder à l’île Blomstrand, où nous montons au sommet Irgens (387 m). Il y a pas mal de neige, mais la montée ne présente pas de difficulté. Du sommet, la vue qui s’offre à nous est magnifique : un panorama complet à 360° sur toute la baie du Roi, dont les sommets enneigés et les lumières sont inoubliables. Les trois sommets Kroner, si caractéristiques, les glaciers énormes qui paraissent à portée de main et qui sont pourtant à plus de 10 km, le calme, la mer, le soleil... le bonheur :-)) ! Tout le monde en profite au maximum, nous savons que le retour est proche...

Flash Video - 2.1 Mo
Panorama du sommet de l ile Blomstrand

Le soir, petite ballade sur la plage, où des escadrilles de sternes tentent de nous intimider. La journée se termine par un repas copieux... avec des andouillettes grillées (oui, oui !). Le soleil est de plus en plus bas sur l’horizon, il ne tardera pas à frôler l’horizon, le ciel prend des couleurs que nous n’avons plus l’habitude de voir : jaune, orange... le rouge est pour plus tard !


Tout a une fin...

Retour au sommaire

Jour 19

Il est temps de rentrer à Ny-alesund... nous démontons le camp et embarquons pour la dernière traversée.

JPEG - 106.8 ko
JPEG - 116.4 ko
JPEG - 88 ko
JPEG - 87.4 ko
JPEG - 105.7 ko
Phoque barbu
JPEG - 58.7 ko
Phoque barbu

Le soleil d’hier a fait vêler les glaciers, et nous sommes entourés de glaces ! Les montagnes et la côte enneigées, les innombrables glaçons cristallins qui flottent et une mer d’huile rendent cette traversée inoubliable. Nous prenons le temps de profiter de ces derniers moments. Un dernier phoque barbu, tout gris cette fois, se repose sur son glaçon et nous regarde nous approcher. Séance observation et photos, monsieur prend la pose.

La côte, l’arrivée à Ny-Alesund... ultime débarquement. Nous vidons les kayaks pour la dernière fois. Ca sent la fin... d’ailleurs, ce soir, le soleil est bas sur l’horizon, il va bientôt le frôler pour la première fois depuis plusieurs mois.

Jour 20

Nous rangeons tout le matériel dans des caisses et le faisons transporter jusqu’au port. Démontage des kayaks, repos. Le temps est superbe, dommage que le téléphone satellite ne nous ait pas permis d’appeler pour connaître l’horaire du bateau, nous aurions pu profiter d’une journée de plus à naviguer... à défaut, nous nous reposons.

Jour 21

JPEG - 82.7 ko
JPEG - 85.2 ko

Les kayaks et tout notre matériel sont prêts à être embarqués dans le petit bateau de 15 m qui nous ramènera à Longyearbyen en 10-11h. La navigation est calme, nous passons le temps, sur le pont à regarder le paysage, à lire dans la cabine, à dormir etc. La journée passe assez vite finalement, et nous arrivons vers 19h à Longyearbyen. Retour au camping, près de l’aéroport...

Jour 22

Journée à Longyearbyen. Visite de la petite église, quelques courses, repas au restaurant. Nous ne nous couchons pas, l’avion est à 4h, l’enregistrement se fera vers 2-3h.

Jour 23

4h du matin, décollage pour Tromso, puis Oslo que nous visitons pour tuer les 7h d’attente à l’aéroport. Arrivée à Paris vers 19h. Une belle aventure se termine. Le retour à la vie moderne sera difficile. Il est certain que le temps aidera à s’habituer de nouveau à cette vaste mascarade qu’est notre société citadine... mais j’ai déjà l’intention de retourner en Arctique pour continuer à découvrir ces terres si fortes en émotions, à l’environnement rude mais si fragile.

C’est ce que j’ai pu faire, en allant sur la côte Est du Groenland en 2010 : je vous propose de découvrir cet autre lieu magique de l’arctique !

P.-S.

Merci à Stéphane, notre guide, pour sa sympathie et sa compétence, et aux autres membres du groupe pour leur bonne humeur et leur entrain : Frédéric, Yves, Jeanne, Anne-marie, Christine, Patricia et Jean-Jacques.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette